In the media 06/16/2017


Individuals looking to government to take concrete action

June 19, 2017 — As policymakers, experts, and stakeholders prepare to make their way to Ottawa this week for the A Food Policy for Canada Summit, many Canadians have food insecurity on their minds, according to a recent Ipsos poll on food insecurity, health, and poverty in Canada commissioned by Community Food Centres Canada, a national nonprofit that increases access to healthy food in low-income communities and promotes food skills and civic engagement.

According to the poll, 91 per cent of Canadians think food insecurity is a persistent problem in our country, a problem that 41 per cent believe has worsened in the last decade. And Canadians want to see solutions: 74 per cent believe that government has a responsibility to take action to ensure everyone has access to healthy, affordable food.

“Canadians are telling us loud and clear that we need to do better,” said Nick Saul, President and CEO of Community Food Centres Canada. “We know that the best way to reduce food insecurity is to increase people’s incomes. We currently have National Food Policy and National Poverty Reduction Strategy processes unfolding in parallel at the federal level, and we need to make sure that they both speak to this issue – and to each other.”

According to the PROOF Food Insecurity Policy Research project, four million Canadians are food insecure. Food insecurity negatively affects physical and mental health, and costs our health-care system significantly. Lack of household income is the most important predictor of food insecurity. 

Increasing access to affordable food is one of the four focus areas of the National Food Policy. The others are improving health and food safety, growing more high-quality food, and conserving our soil, water, and air. The public consultation phase of the National Poverty Reduction Strategy, which is being led by Employment and Social Development Canada, is wrapping up at the end of June. The timing for the development of a strategy and implementation plan has not yet been announced.

“We need to ensure that reducing food insecurity and improving the lives of vulnerable Canadians stays at the forefront of both of these important conversations,” says Saul. “At the same time, with so many ministries involved in the National Food Policy, there is an important opportunity to surface new solutions that can break down silos and address the complex issues affecting different parts of our food system – solutions that could include community responses to food insecurity, a national school lunch program, and support for small farmers.”

The Ipsos poll also asked Canadians about areas where this type of multi-sectoral approach could be useful -- for example, addressing Canadians’ declining levels of food literacy and finding innovative approaches to promoting healthier diets and reducing chronic disease. It showed that Canadians are interested in new approaches, including solutions that would put more affordable fruits and vegetables on the plates of low-income individuals. 91% of Canadians said they would support a government subsidy program that would provide fruit and vegetable vouchers to people living on low incomes as a way to address diet-related illness.

- 30 -

These are some of the findings of an Ipsos poll conducted between March 29 and April 3, 2017, on behalf of Community Food Centres Canada. For this survey, a sample of 1,002 Canadians aged 18+ was interviewed online via Ipsos' online panel. The precision of Ipsos online polls is measured using a credibility interval.  The poll is accurate to within ±3.5 percentage points, 19 times out of 20, of what the results would be had all Canadians been polled.

 

Media contact:

Kennedy Baker, Communications Manager, Community Food Centres Canada

416 531 8826 ext. 228, kennedy@cfccanada.ca

Community Food Centres Canada builds and supports vibrant, food-focused organizations that bring people together to grow, cook, share, and advocate for good food for all. 

 

***

***

 

Un sondage révèle que neuf Canadiens sur dix considèrent qu’aucun progrès n’a été accompli en matière de lutte à l’insécurité alimentaire

Des personnes se tournent vers le gouvernement afin que soient prises des mesures concrètes

Le 19 juin 2017 — Alors que des décideurs politiques, des experts et diverses parties prenantes convergeront vers Ottawa cette semaine pour assister au sommet sur Une politique alimentaire pour le Canada, plusieurs Canadiens sont préoccupés par l’insécurité alimentaire. C’est ce que révèle un récent sondage sur l’insécurité alimentaire, la santé, et la pauvreté au Canada réalisé par la firme Ipsos pour le compte de Community Food Centres Canada, une organisation à but non lucratif d’envergure nationale qui œuvre à accroître l’accès aux aliments sains dans les communautés à faible revenu, en plus de promouvoir les compétences alimentaires et l’engagement civique.

Selon le sondage, 91 % des Canadiens pensent que l’insécurité alimentaire constitue un problème chronique dans notre pays, et 41 % d’entre eux croient que ce fléau a empiré au cours des dix dernières années. Or, les Canadiens veulent des solutions : 74 % d’entre eux considèrent qu’il est de la responsabilité du gouvernement de prendre des mesures concrètes afin d’assurer que tous ont accès à des aliments sains et abordables.

« Les Canadiens nous ont clairement fait savoir que nous devons faire mieux », indique Nick Saul, président et directeur général de Community Food Centres Canada. « Nous savons que le meilleur moyen de réduire l’insécurité alimentaire est d’accroître le revenu des gens. Actuellement, le gouvernement fédéral procède, en parallèle, à l’élaboration d’une politique alimentaire nationale et d’une stratégie nationale de réduction de la pauvreté; or, nous devons nous assurer qu’elles abordent toutes deux ce problème, et qu’elles demeurent convergentes. »

Selon le rapport de PROOF intitulé L’insécurité alimentaire des ménages au Canada – 2014, quatre millions de Canadiens souffrent d’insécurité alimentaire. Ce problème a une incidence négative sur la santé physique et mentale de ces personnes, en plus d’engendrer d’importants coûts pour notre système de santé. Le revenu ménager constitue un important prédicteur de l’insécurité alimentaire.

Accroître l’accès à des aliments abordables constitue l’un des quatre secteurs prioritaires de la politique alimentaire nationale, les autres étant l’amélioration de la santé et de la sécurité alimentaire; l’augmentation de la production d’aliments de haute qualité; et la protection des sols, de l’eau et de l’air. Le processus de consultation publique pour la stratégie nationale de réduction de la pauvreté, mené sous l’égide d’Emploi et Développement social Canada, se terminera à la fin de juin. Le moment où cette stratégie sera conçue et mise en application n’a pas encore été annoncé.

« Nous devons faire en sorte que la réduction de l’insécurité alimentaire et l’amélioration du niveau de vie des Canadiens vulnérables demeurent au premier plan de ces deux importants processus politiques », souligne M. Saul. « Alors que la politique alimentaire nationale mobilise autant de ministères, nous avons une chance unique de voir émerger de nouvelles solutions pour abattre les cloisons et résoudre les problèmes complexes qui affectent les différents secteurs du système alimentaire. Ces solutions pourraient, par exemple, inclure des actions communautaires pour lutter contre l’insécurité alimentaire, des programmes de saine alimentation en milieu scolaire, et du soutien aux petits agriculteurs. »

Le sondage d’Ipsos commandé par Community Food Centres Canada a également demandé aux Canadiens à quelles fins ce type d’approche plurisectoriel pourrait servir — par ex., rehausser le niveau de littéracie alimentaire des Canadiens, mettre au point des approches novatrices promouvant des régimes plus sains et permettant de réduire l’incidence des maladies chroniques. Or, celui-ci a révélé que les Canadiens appuient de nouvelles approches, y compris des solutions qui permettraient aux personnes à faible revenu de se procurer davantage de fruits et de légumes abordables. Du reste, 91 % des Canadiens ont indiqué être pour un programme gouvernemental qui offrirait aux personnes à faible revenu des coupons leur permettant de se procurer des fruits et des légumes, ce qui constituerait un moyen de lutter contre les maladies liées à l’alimentation.

– 30 –

Il s’agit de quelques-uns des résultats du sondage mené par Ipsos entre le 29 mars et le 3 avril 2017 pour le compte de Community Food Centres Canada. Dans le cadre de ce sondage, un échantillon de 1 002 Canadiens âgés de 18 ans et plus a été interrogé en ligne par l’entremise d’un panel web d’Ipsos. La précision des sondages en ligne d’Ipsos est mesurée à l’aide d’un intervalle de crédibilité. La marge d’erreur de ce sondage est de ± 3,5 %, 19 fois sur 20, par rapport à ce qu’auraient été les résultats si tous les Canadiens avaient été interrogés.

Personne-ressource pour les médias :

Kennedy Baker, responsable des communications, Community Food Centres Canada

416 531-8826, poste 228, kennedy@cfccanada.ca

Community Food Centres Canada met sur pied et soutient des organisations dynamiques axées sur la nourriture qui permettent aux gens de se rassembler pour cultiver, cuisiner, et partager des aliments sains, en plus de promouvoir un accès universel à ceux-ci. Apprenez-en davantage en visitant le www.cfccanada.ca.